Vivre en français c'est déjà résister, rejetons le tout-anglais de la finance !

La Savoie et la Haute-Savoie, défigurées par les idiomes anglais, sont taclées par le Ministère de la Culture et le Préfet de Région

La Savoie et la Haute-Savoie, défigurées par les idiomes anglais, sont taclées par le Ministère de la Culture et le Préfet de Région

« In Annecy Montains », « French tech In The Alps », « Solar Acadamy », « Radikal mountain Junior », « Welcome Night », « Welcome Box », Street Workout Box », Newsletter », « Coworking », Networking », « Open data », « Food Truck », « Team », Trail running », Outdoor », Escape Game »…
Une avalanche de mots anglais, tels des plantes invasives, se substituent dans un souci déplacé de marketing touristique commercial, de communication à outrance, aux mots et expressions de notre patrimoine linguistique.
Une langue est l’expression d’une identité culturelle. Elle porte notre histoire, la force d’un peuple.

Article publié initialement sur le site libreinfo74.fr

Thierry Repentin, maire de Chambéry, rappelé à l’ordre par le Ministère de la culture

À la suite d’une interpellation par l’association de défense de la langue française en Pays de Savoie, « la direction générale à la langue française et aux langues de France », met en garde le maire de Chambéry dans un courrier daté du 18 décembre 2020, sur l’emploi intempestif de mots anglais « tant dans sa communication institutionnelle – affichage, magazine, sites, compte internet – que pour la désignation d’évènements ou d’équipements ».

« Dans un contexte où l’emploi des anglicismes semblent se développer dans collectivités territoriales (« In Annecy Mountains », « French Tech in the Alps », « Solar Acadamy », « Radikal Mountain Junior »), nous comptons sur votre appui pour renverser cette tendance, et privilégier, comme le prévoit la loi, l’emploi de la langue française dans votre communication institutionnelle. »

Et de rappeler, à cet égard, la loi 94-665 du 4 août 1994, relative à l’emploi de la langue française, dite « loi Toubon ».

« Si l’on peut comprendre que la ville de Chambéry cherche à renforcer son activité touristique internationale, comme à tisser un lien avc les publics jeunes » (…) « je vous serais reconnaissant de veiller à privilégier le recours à des termes français dans la communication de la ville de Chambéry et du Grand Chambéry, la langue française offrant de nombreuses alternatives terminologiques originales et attractives, y compris en direction des publics jeunes, dont la pratique d’une langue française vivante et créative ne peut qu’être encouragée ».

Avec un courrier aussi courtois, invitant la mairie à remplacer tous ces termes anglicisés, on peut s’attendre à ce que le maire de Chambéry, n’ayant pas répondu au courrier, le mette en classement vertical, comme l’avait fait auparavant l’ancien maire, Michel Dantin, qui, sollicité par un courrier de l’association « Défense de la langue française en Pays de Savoie » le 22 août 2019, avait carrément refusé.

Annecy et la Haute-Savoie ne perdent rien pour attendre

Si, à notre connaissance, Annecy et le conseil départemental de Haute-Savoie n’ont pas encore reçu de mise en garde de la part du ministère de la culture pour l’emploi intempestif de « In Annecy Mountains », ou de slogans à la sauce anglaise répandus par les offices de tourisme, nous demanderons l’avis de François Astorg, maire d’Annecy, Frédérique Lardet, Présidente du Grand Annecy et Christian Monteil, Président du Conseil Départemental.

Une bataille qui ne date pas d’aujourd’hui.

Déjà en 2010, le Préfet de Région, lui aussi interpelé par l’association de défense de la langue française en Pays de Savoie, avait approuvé et encouragé sa démarche, en précisant que lui-même était intervenu en mars 2009 auprès du Président du Directoire de la société « aéroports de Lyon » pour éviter que l’aéroport Saint Exupéry ne soit rebaptisé « Lyon airport », comme envisagé.

Actualités

Récentes